Alarme et mode d’emploi


Alarme filaire ou sans fil ?

Faut-il opter pour une alarme sans fil ou filaire ? Une alarme filaire est-elle plus fiable qu’une sans fil ? Cette technologie est-elle plus ancienne donc moins performante ?

Les alarmes filaires et les alarmes sans fil présentent de nombreuses différences mais leur fonction principale reste identique :

Dans les deux cas, la centrale d’alarme est le cerveau du système de protection.

Elle est reliée à des détecteurs placés dans différentes pièces de l’habitat que nous pourrons comparer à nos yeux et oreilles .

Lorsqu’un détecteur décèle une intrusion suspecte, il communique l’information à la centrale (par câbles électriques pour l’alarme filaire, par ondes radios pour l’alarme sans fil).

La centrale déclenche alors ses systèmes d’alerte dont le plus commun est la sirène d’alarme. Quand elle est reliée à une ligne téléphonique ou un mobile, la centrale peut également envoyer des alertes au propriétaire des lieux, au telesurveilleur,  ou à des numéros enregistrés. On parle alors de centrale communicante et c’est cette fonctionnalité qui distingue surtout les « anciennes » centrales d’alarme des « nouvelles générations ».

Au-delà de ces similitudes, quelles sont les distinctions principales que l’on peut faire entre alarme sans fil et alarme filaire ?

L'installation :

L’installation d’une alarme filaire est relativement complexe, elle nécessite en effet de faire appel à un professionnel ou un bricoleur chevronné. Les fils devant être dissimulés dans les murs, l’alarme filaire est un choix plus approprié à une maison neuve ou en rénovation. Dans le cas contraire, il faut prévoir des travaux assez conséquents (percements, saignées, goulottes…) sur les murs.

L’alarme sans fil est à l’inverse plébiscitée pour sa facilité d’installation. Aujourd’hui, la très grande majorité des marques proposent ainsi des alarmes « prêtes-à-poser », à installer soi-même. Sur ces modèles d’alarme les seuls fils sont ceux de l’alimentation électrique de la centrale et pour les modèles communicants par téléphone RTC, un câble RJ11. Ce type de centrale d’alarme n’est donc pas plus compliqué à installer qu’une box ADSL.

Prix :

Le prix de base d’une alarme filaire offrant un degré de sécurité acceptable avoisine approximativement les 300€ (pour la seule centrale). A cela, il convient d’ajouter les frais de pose qui varient en fonction des installateurs mais qui sont souvent élevés.

A surface équivalente à surveiller, le prix du l’alarme sans fil sera légèrement plus élevé que le filaire mais les frais d’installation réduits  compensent cette différence. On peut trouver des kits de bonne qualité à moindre frais.  Prévoir le remplacement des piles et des batteries tous les deux ans environ.

Esthétique :

Les alarmes filaires utilisent des câbles dissimulés à l’intérieur des murs. Il est donc impératif de bien prévoir ses besoins au moment de l’installation.

L’alarme sans fil est discrète et s’intègre parfaitement à tout type d’intérieur. Elle peut être disposée dans des endroits peu visibles et les éléments peuvent être déplacés sans gros travaux. Un effort particulier est porté sur l’esthétique des alarmes grand public par les constructeurs. Certaines ont même été primées pour leur design.

Évolutivité :

Une fois l’alarme filaire installée, il devient difficile de la faire évoluer, à moins d’entreprendre des travaux importants. C’est donc un choix qu’il faut bien penser en amont car son installation s’avère souvent définitive.

A l’inverse, l’alarme sans fil propose des systèmes totalement évolutifs où des accessoires peuvent sans difficulté s’associer à la centrale pour améliorer le fonctionnement et les performances du système.

En résumé, si ces deux types d’alarme sont performants, on privilégie souvent les alarmes sans fil pour leur évolutivité et leur facilité d’installation. Acheter une alarme filaire reste tout de même judicieux dans certains cas, par exemple pour des commerces, des entreprises ou pour des maisons en construction avec des biens de valeur importante à protéger.

Les alarmes sans fil ont pour atout majeur d’être modulables et évolutives à souhait ; idéal lorsqu’on prévoit des travaux d’agrandissement ou simplement pour renforcer la palette sécuritaire de son habitat.

Cette évolutivité permet aux usagers d’avancer « pas à pas » et selon leurs besoins. Ainsi, au kit d’alarme minimal comprenant une centrale d’alarme et un détecteur, il est possible d’ajouter plusieurs autres accessoires : des équipements anti-intrusion, des périphériques de sécurité domestique ou encore de la domotique.

On peut ainsi adjoindre à sa centrale :

 Des détecteurs d’ouverture ou détecteurs de porte

Les entrées d’une maison sont les points les plus exposés aux tentatives d’intrusion. Presque tous les cambriolages se font par l’ouverture d’une porte ou d’une fenêtre. C’est pourquoi tout système d’alarme décent comprend à minima un détecteur d’ouverture pour sécuriser ces entrées stratégiques.

Selon les marques d’alarme, on peut en ajouter en quantité variable à son système d’alarme, mais quasiment toutes les alarmes sans fil peuvent aujourd’hui en gérer une dizaine, ce qui est amplement suffisant pour sécuriser des bâtiments de grande taille.

Ce type de détecteur fonctionne généralement grâce à un contact magnétique. A l’ouverture de la porte ou de la fenêtre, il communique l’information à la centrale qui se charge de déclencher l’alarme. On trouve également des détecteurs pour portes de garages ( détecteurs sabots), conçus pour s’adapter à des surfaces métalliques.

Pour les fenêtres, il existe des détecteurs de bris de vitre, qui fonctionnent soit acoustiquement par reconnaissance sonore, soit par détection des chocs et vibrations.

Des détecteurs de mouvement ou détecteurs volumétriques

Les détecteurs de mouvement suppléent les détecteurs d’ouverture. Ils sont d’une redoutable efficacité à l’intérieur d’un bâtiment, quand l’intrusion a déjà eu lieu. C’est pourquoi il est important de les disposer à des endroits stratégiques par lesquels les cambrioleurs sont obligés de passer (dans un couloir, devant un accès, etc.). Les détecteurs de mouvement repèrent une présence inhabituelle et transmettent l’information à la centrale.

Pour repérer les intrusions les détecteurs volumétriques utilisent essentiellement deux technologies.

La plus courante est la détection par infrarouge passif. Le détecteur repère les variations de chaleur et lorsqu’il détecte une différence de température (un corps humain) il émet une alerte à destination de la centrale.

La technologie micro-ondes ou hyperfréquence utilise quant à elle une émission d’ondes et analyse leur rebond.

Certains détecteurs utilisent les deux technologies conjointement pour des alertes plus sûres.

Un contrôle électronique des signaux permet également sur certains détecteurs d’analyser le sens de déplacement de l’intrus toujours afin de délivrer des alertes plus sûres.

Il devient également courant de trouver sur le marché des détecteurs équipés d appareils photos permettant lors d effraction, des levées de doute efficaces et la transmission des portraits des visiteurs directement aux forces de l ordre pour faciliter leur intervention.

A noter qu’il existe également des détecteurs de mouvement spécialement conçus pour l’extérieur afin de repérer une intrusion avant même que celle-ci ne soit effective (les détecteurs Optex, par exemple). En fonction des caractéristiques de son habitat, on peut donc opter pour un ou plusieurs détecteurs de mouvement.

L’important est de les disposer intelligemment, de manière à ce que leur champ d’action corresponde aux points-clés de son logement.

Des barrières infrarouge:

A l’instar des détecteurs volumétriques, les barrières infrarouges fonctionnent avec la technologie infrarouge. Le système infrarouge est par contre actif : un rayon infrarouge est projeté entre les deux barrières et l’alerte est émise lorsque ce rayon est coupé. Dans les faits plusieurs rayons sont projetés et c’est la coupure simultanée de ces rayons qui déclenche l’alerte. Ceci permet de limiter les fausses alertes provoquées par le passage d’une feuille d’arbre ou un petit animal par exemple.

Les barrières infrarouges sont conçues pour la protection périmétrique d’une habitation : terrasse, allée, jardin…

 Des sirènes d’alarme

En complément de la sirène déjà intégrée à la centrale, il est possible de faire évoluer son système d’alarme en y associant d’autres sirènes. Élément dissuasif par excellence, la déclenchement d’une sirène déconcerte le voleur et le fait généralement fuir rapidement. Certaines sirènes d’intérieur sont très petites et discrètes et permettent d’être dissimulées facilement, ce qui renforce leur efficacité. Il est possible sur certaines de paramétrer des messages vocaux à destination des cambrioleurs sur les sirènes.

Certaines sirènes extérieures sont d’autre part capables d’émettre des flash lumineux qui visent là encore à dérouter les cambrioleurs tout en alertant le voisinage.  Ils permettent en effet une localisation rapide du lieu de l’alerte par les forces de l’ordre et plus particulièrement de nuit.

 

 Des caméras de vidéosurveillance

Pour les particuliers soucieux de se doter de la meilleure protection possible ou pour les professionnels, il est de plus en plus courant de s’équiper en caméras de vidéosurveillance.

Couplé à une alarme, un dispositif de vidéosurveillance permet aux usagers de vérifier les alertes à distance. C’est ce que l’on définit comme « la levée de doute » dans le jargon de la sécurité.

Certaines caméras sont équipées d’un caisson étanche et peuvent ainsi être placées en extérieur et résister aux intempéries et au vandalisme. Quand elles disposent de la technologie infrarouge, elles peuvent filmer de jour comme de nuit ou dans des locaux sans lumière.

Aujourd’hui, avec les caméras IP il est possible de visualiser les images à distance, via un smartphone Androïd ou un iPhone. La technologie Plug&Play dont disposent certains modèles de caméras leur confère une grande facilité d’installation et de paramétrage.

La plupart des caméras de surveillance ont la capacité de procéder à une détection de mouvement. Cette technologie est toutefois limitée et peu fiable et ne peut en aucun cas raisonnablement se substituer à une détection volumétrique par des détecteurs spécifiques.

 Des télécommandes, badges, claviers, etc.

Pour administrer son système d’alarme, les fabricants d’alarme proposent presque systématiquement plusieurs  accessoires de confort. Un badge permet par exemple d’activer ou désactiver son système d’alarme en quelques secondes. La télécommande sert à commander les différents appareils présents sur le système, armer ou désarmer sa centrale, ou encore enclencher des fonctions domotiques associées à sa centrale. Les claviers (muraux ou mobiles) offrent également plusieurs options, comme l’activation partielle du système, l’envoi d’alertes ou des fonctions anti-agression ou dissuasion.

Le clavier déporté est régulièrement utilisé pour offrir un panneau de pilotage accessible alors que la centrale elle-même est dissimulée ou hors d’atteinte. Le cambrioleur pourra ainsi tenter de neutraliser l’alarme en s’acharnant sur le clavier déporté ce qui n’empêchera nullement le déclenchement du système et l’émission d’alertes. Les marques d’alarmes sans fil conçoivent ainsi année après année de nouveaux outils qui visent à simplifier l’expérience utilisateur et lui faire gagner du temps (les claviers tactiles et les applications mobile par exemple).

 Des équipements domotiques

Certaines marques d’alarme également spécialisées en domotique offrent des options de confort intéressantes. Ces centrales d’alarme gèrent d’une part les composants de sécurité de son système, d’autre part la commande des appareils domotiques. Il est ainsi possible de joindre à son alarme plusieurs accessoires d’usage quotidien à l’intérieur comme à l’extérieur de son habitat, comme peuvent l’être des volets roulants, des portes de garage, des portails électriques ou encore un chauffage ou une climatisation. L’usager peut ainsi programmer des scénarios ou mettre en place des simulations de présence lors de ses absences l .

 

 Des détecteurs techniques

Au détecteurs anti-intrusion classiques, il est possible d’associer des détecteurs techniques pour renforcer la sécurité de son habitation. Le détecteur d’inondation fait partie des accessoires les plus prisés pour pallier aux négligences et défauts d’attention (baignoire qui déborde, robinet laissé ouvert, etc.).

On peut également citer les détecteurs de fumée, désormais obligatoires dans tous les foyers en France, et qui peuvent jouer un rôle salvateur. L’avantage de posséder des détecteurs techniques reliés à sa centrale d’alarme réside dans la capacité d’alerte du système. Un incendie se déclare dans une pièce isolée en pleine nuit, grâce au détecteur de fumée relié au système d’alarme, toute la maisonnée est prévenue.

Tout système d’alarme décent a la capacité de gérer des détecteurs techniques. Ils peuvent également être utilisés conjointement à des scénarios et équipements domotiques. On peut par exemple programmer le système pour ouvrir les volets roulants afin d’évacuer la fumée lors d’un départ d’incendie.

L’évolutivité des alarmes sans fil apparaît donc comme un facteur prédominant dans le choix de son alarme. Aujourd’hui, la plupart des fabricants proposent une vaste gamme d’appareils à relier à son alarme, ce qui permet aux utilisateurs de paramétrer un système totalement sur mesure, l’optimiser et le rendre de plus en plus confortable à l’usage.

La marque

En matière d’équipements de sécurité, mieux vaut ne pas prendre de risque. Pour éviter les mauvaises surprises, il faut privilégier les marques notoires ayant fait leurs preuves, d’une part parce qu’elles offrent des garanties solides en terme de performances, d’autre part car elles garantissent à l’usager de trouver facilement dans le commerce des composants, appareils de rechange et pièces compatibles avec son système d’alarme.